Gaspillage Alimentaire

Environ un tiers de la production alimentaire mondiale part à la poubelle. Près de 1,5 milliard de personnes sont en surpoids pendant que plus de 900 millions ne mangent pas à leur faim. En attendant de régler les choses à grande échelle, la lutte contre le gaspillage alimentaire commence déjà chez soi, tous les jours, par des gestes simples : gérer sa liste de courses, n’acheter que le nécessaire et si possible dans des emballages recyclables, composter ses légumes, accommoder les restes, ne plus jeter par paresse, mieux gérer son frigo, son congélateur et ses placards, arrêter de choisir les fruits et légumes pour leur «physique»… Comme pour les économies d’énergie, les petits gestes du quotidien pour limiter le gaspillage alimentaire sont multiples et simples. Participer au Grand Repas c’est aussi prendre conscience de cela, le mettre en pratique aujourd’hui et demain et transmettre ces valeurs aux jeunes générations !

Et sur le territoire, quelles initiatives en terme de lutte contre le gaspillage alimentaire ?

De nombreuses associations travaillent sur ces questions : la Sepant, Touraine propre, Impact 37, Zéro dechet, la Banque alimentaire, réseau compost citoyen etc. La villa Rabelais – siège de Tours cité internationale de la gastronomie en Val de Loire – accueille régulièrement des tables rondes ouvertes au grand public dédié à ce thème : connaître le programme ici https://www.toursvaldeloiregastronomie.fr/villa-rabelais-demain/

Dans la grande distribution, ce sont surtout les produits frais qui sont concernés par le gaspillage alimentaire. Sachant que la durée de vente d’un produit est divisée en deux tiers/ un tiers : on commence à le solder au bout des deux tiers, puis on le retire de la vente. Les professionnels ont aussi un rôle à jouer dans cette lutte, des producteurs aux distributeurs, en passant par les restaurateurs, explique Lionel Perrone, responsable de magasins Auchan à Tours. Au-delà de la nouvelle législation qui lui impose certains dispositifs, Lionel Perrone réfléchit à de nouvelles idées et ses liens avec la Banque Alimentaire lui permettent d’avancer.

Tours Métropole Val de Loire développe une politique soutenue de développement durable, dans tous ses domaines de compétences dont la lutte contre le gaspillage alimentaire : tout savoir ici http://tours-metropole.fr/developpement-durable

Parmi les autres acteurs mobilisés dans la lutte contre le gaspillage, on trouve aussi des initiatives locales issues de mouvements nationaux ou internationaux, comme les fameuses «Disco soupes» qui consistent à récupérer des légumes considérés comme non vendables, de se rassembler pour en faire une grande soupe et de la consommer tout de suite dans la rue ou sur un marché, le tout sur fond de concerts ou de sets de DJ.  Un collectif d’une dizaine de personnes à Tours existe depuis plusieurs ans, mais là encore c’est le manque de main d’œuvre pour trouver et collecter les légumes qui freine le développement. D’autres initiatives locales sont à noter telles que la création de l’application toogoodtogo.fr/fr.

L’association Tours cité internationale de la gastronomie en Val de Loire s’empare aussi de la question et prévoit dans sa programmation 2018/2019 des masterclass en partenariat avec la Banque alimentaire sur comment rendre consommable des denrées périssables.